BodyPositivity Washing : Le droit d(e s)’assumer OU PAS

BodyPositivity Washing : Le droit d(e s)’assumer OU PAS

Lecture du Elle, il y a quelques semaines. Une ouverture sur le monde en ces temps en demi-teinte.
J’y découvre la collab’ Gucci x The North Face…


Je suis dubitative, moi qui suis une adepte de.. The North Face pour mes voyages découverte en mode trek et le ski (cela c’était AVANT bien évidemment, quand nous pouvions librement sauter dans un avion ou dévaler les pistes).

Donc pour en revenir à Gucci x TNF, cela donne une robe chasuble en doudoune… dubitative, je vous dis…

Cela me projette 25/30 ans en arrière : je me souviens d’avoir littéralement bavé devant une jupe et une veste matelassées noires de chez Yohji Yamamoto, des pièces doudoune donc, mais parfaitement taillées comme une jupe et une veste en tisssu. J’avais longtemps hésité à casser ma tirelire pour me les offrir, pour finir par faire une croix sur mes rêves. Trop avant-gardistes pour l’ado que j’étais, et puis - croyais-je - pas adaptés à ma morphologie, car je me voyais déjà grosse, alors que je ne l’étais pas du tout, pas encore. Je n’aurais rien assumé de tout cela.
Je pense encore avec ferveur à ces deux pièces de mode.

L’annonce de cette collab’ m’a rappelé deux choses :

  • la mode est un éternel renouvellement
  • il faut arrêter de réfléchir, et il faut assumer, s’assumer. Certes, ce n’est pas moi qui ferais l’apologie du short en cuir rose quand on est grosse, mais si c’est le souhait d’une femme, alors oui ! qu’elle le porte. J’ai pris comme un exemple un short en cuir rose, suite à une situation vécue.

Je sens d’ici poindre les commentaires. « Comment ? tu penses que parce qu’on est grosse on n’a pas le droit de porter un short en cuir rose ? » Le sujet en réalité n’est pas celui-là. C’est juste que ce n’est pas mon truc, même si plus jeune (et mince), j’ai porté un short ultra court avec la taille ultra haute, en cuir noir et blanc (à l’époque cela détonnait et provoquait). J’aime le rose shocking mais en touche. Question de goût donc. Et j’avoue aussi que je ne suis pas à l’aise en short. A part cet écart en cuir noir et blanc, je n’en ai jamais porté. Même en plein été, je préfère un pantalon long fluide qui protège des coups de soleil ou une jupe. Rien à voir avec le poids. Juste le fait d’être à l’aise avec son moi. Je suis désormais à l’aise avec certains vêtements que je n’aurais pas osé plus jeune et/ou plus mince. Très tôt j’ai su ce que j’aimais ET ce qui m’allait. Mais je n’ai pas toujours osé. Parce que j’aimais le style ultra féminin, voire un peu rétro. Les robes de ma grand-mère, le style qu’on voit sur Dita Von Teese, ultra cintré et féminin. Ou alors les robes Emma Peel de ma mère. Difficile d’aller avec cela à la fac dans les 90’s.

Pourquoi je parle de cela ? parce que oui, j’en suis convaincue : il faut assumer et s’assumer mais ne pas se forcer.

Nous sommes dans une période de politiquement correct à tout crin et à tout va. Et au nom de cela, nous tombons dans l’excès inverse.
Vous connaissez tous le brainwashing - lavage de cerveau . Il y a eu le greenwashing, l’écologie utilisée à des fins trompeuses. Il y a désormais le bodypositivitywashing !
Attention à trop de retenue, nous pourrions être suspectés de ne pas respecter la différence, de ne pas la célébrer, de la discriminer.

Je n’aime pas le politiquement correct à tout va et le bodypositivitywashing, ce n’est pas mon truc non plus. Mais force est de constater qu’en plus de se mettre beaucoup de barrières, la société nous en impose encore plus... et elles sont aux deux extrêmes !

J’en ai fait les frais en présentant des sketchs des premiers modèles Atelier 312 à des « influenceuses plus-size » (la terminologie anglophone consacrée).
"Oh ! Ah ! Bouh !" ai-je entendu ! Pas assez coloré, trop ample, pas assez flashy. Elles m’ont reproché de vouloir planquer les femmes rondes et de faire la même chose que les marques existantes. J’aime beaucoup le style vitaminé de ces influenceuses, non parce qu’il est flashy mais parce qu’il leur VA !

L’objectif d’Atelier 312 est de proposer des pièces épurées « less is more » à la qualité et au confort irréprochables, comme une seconde peau qui se laisse oublier, pour encore mieux exprimer sa personnalité. Et nous le disons haut et fort dans notre manifeste. Et à en croire les feedback clientes, nous avons réussi. L’essentiel est d’être bien dans ses pompes, bien dans sa tête et de s’assumer à tout moment. Et si certains jours nous sommes défaillantes sur ce sujet-là (nous avons totalement le droit – voire le devoir - d’être imparfaites), alors les vêtements sont là pour nous envelopper d’une armure de douceur et de bienveillance pour nous permettre de nous remettre en selle !

Ce qui m’amène à la conclusion que One size does not fit all : ce qui vaut pour les tailles et les coupes vaut aussi pour le style. Oui à la diversité..pour toutes les tailles.

Haut les cœurs !

Retour au blog